Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 19:01

S'il ne s'agit pas de randonnée, nous devons tout de même nous équiper car nous marchons sur tout chemin.

Les chaussures.
Elles doivent être tout d'abord "confortables". Il ne faut surtout pas dire "oh avec le temps elles se feront à mon pied". Non cela n'est pas vrais. Une bonne paires de chaussures vous va tout de suite, vous devez vous sentir "comme dans des chaussons". Elle doivent de préférence "légères". Ensuite elles doivent être "imperméables" et vous permettre de traverser des ruisseaux à gué sans que vos pieds prennent l'eau,
(tant qu'elle ne monte pas à la cheville, bien sûr). Un minimun de crampons sont indispensables, éviter les semelles lisses. La semelle doit être assez épaisse pour ne pas sentir les cailloux.


Le vêtement


Il ne doit pas être serré et permettre des mouvements dans tous les sens.

Le vêtement chaud

Contre le froid. pour l'hiver, chaud mais léger. On fait toute sorte de polaires. Il est préférable qu'il soit ouvert devant sur tout le long. Les randonneurs se couvrent souvent de trop. Pensez-y en marchant votre corps va se réchauffer. Prévoir plutôt de mettre le vêtement dans le sac à dos pour l'enfiler lors d'un arrêt.

Le vêtement imperméable
 
                                 Il doit vous protéger de la pluie, du brouillard, mais doit aussi respirer, sinon vous allez être trempés en-dessous. La cape vous assure de rester au sec. Peut-être pas très pratique en cas de grand vent.

Le trois en un est idéal : blouson imperméable et respirant + polaire. Suivant la saison on porte l'un, l'autre ou les deux.

 

 

 

Le sac à dos.
Indispensable même petit pour y mettre ses papiers d'identité, ses lunettes de soleil, la carte IGN, pansements, le petit encas, etc...

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 21:41

Pour me joindre, vous pouvez :

 

- me téléphonner sur mon mobile au 06 83 41 27 83.

Si je ne suis pas joignable, laissez un message avec vos coordonnées téléphoniques ou électroniques (que je préfère, car je prends le temps de mieux répondre à vos questions).

 

- m'écrire à l'adresse suivante : baladeschantal@orange.fr 

J'ouvre ma boîte aux lettres plusieurs fois par jour.

 

- me laisser un ou même des commentaires au bas des articles que j'écris dans le blog.

 

A bientôt.

 

Chantal Schuller-Rochet.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 19:21

Voici un compte-rendu de randonnée organisée par Chantal, qui vous donnera une idée de sa façon de marcher en faisant profiter de ses connaissances tous ceux qui veulent bien l'accompagner.

 

Randonnée pédestre à Saint Jean les deux Jumeaux. 

Chantal Schuller s’occupe d’une association de randonneurs pas comme les autres.. Les circuits ont pour but de découvrir le patrimoine de la région.

Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, depuis une vingtaine d’années, Chantal Schuller, qui a créé l’association sportive et culturelle «Evasion rando» en 2003, et vient de lancer à l'automne 2009 « les balades de Chantal » entraîne ses adhérents dans de petits parcours ne dépassant pas 15 kilomètres, à la découverte de ce pays fertois qu’elle aime tant.

Elle est passionnée par la région, lit beaucoup et se documente sur internet à la recherche d’éléments culturels pouvant apporter un plus aux itinéraires qu’elle prépare seule. c’est ainsi qu’elle met en valeur des endroits devant lesquels la plupart des gens passent sans faire attention, alors qu’ils sont chargés d’histoire et méritent qu’on s’y attarde.

Ce jour-là, le petit groupe de randonneurs est allé sur les hauteurs de Saint Jean les Deux Jumeaux, se promenant sur la Dhuis du Bois Verdelot jusqu’à Arpentigny, pour se retrouver devant l’église de Saint Jean.

Ils ont découvert une voie gallo-romaine en direction de Montceaux les Meaux, avec des pavés d’époque, qu’Henri IV utilisait pour rendre visite à sa maîtresse Gabrielle d’Estrée pour laquelle il avait fait construire le château de Montceaux, aujourd’hui en ruine.

En racontant tout cela, Chantal Schuller donne à ses randonnées un sens particulier et un intérêt supplémentaire.

Journal "La Marne".

 

Pour contacter Chantal Schuller : tél. : 06 83 41 27 83  

Adresse mail : lesbaladesdechantal@orange.fr

Visitez son blog : lesbaladesdechantal.over-blog.net

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Fin 2007, le cabinet de Mme R.Bachelot, ministre des sports a demandé à Chantal de participer au grand témoignage organisé par France Bénévolat.

Voici le compte-rendu de cette aventure. 

FRANCE BENEVOLAT  - Février 2008.

« Etre bénévole, c’est … de grands moments »

Chantal, Présidente d'EVASION RANDO

60 ans

Alors que beaucoup attendent d'avoir l'âge de la retraite pour faire du bénévolat moi, j'exerce cette activité depuis toujours. Bénévole de plusieurs associations depuis mon plus jeune âge, aujourd’hui je suis présidente de l’association que j’ai fondée pour le développement de la randonné pédestre. Notre association propose diverses activités pour les jeunes, pour les adultes, pour les personnes retraitées… Par moments je suis un peu débordée, mais je n'ai jamais eu l'idée de calculer le temps passé pour le bénévolat. Le bénévolat m'a bercé tout au long de ma vie, et ce n'est pas fini. Le bénévolat m'a beaucoup apporté, y compris parfois quelques déceptions bien sûr, surtout énormément de satisfactions. J'ai rencontré beaucoup de personnes intéressantes. J'ai beaucoup donné aux autres, mais aussi beaucoup reçu en retour. Il me semble que ce que j'ai fait a vraiment compté pour certains. J'ai toujours eu envie de mettre en pratique mon savoir faire auprès des autres. Pour moi, le bénévolat est un grand partage, c’est un échange permanent.

« Créer quelque chose. »

… La liste des engagements bénévoles de Chantal Schuller est encore longue, et quelques lignes ne suffiraient pas à faire le tour du parcours de cette ancienne employée de banque, mère de deux filles, qui n’a jamais cessé d’œuvrer au service des autres : bénévoles dans une association de parents d’élèves, création d’une bibliothèque pour les enfants, secrétaire puis trésorière d’une association municipale et bien d’autres missions encore. Jusqu’au jour où Chantal s’est enfin décidée à créer sa propre association : « A 55 ans, j’ai voulu voler de mes propres ailes et avec trois amies nous avons déclaré Evasion Rando, qui comme son nom l’indique, propose des randonnées pédestres, mais je n’ai jamais eu l’idée de calculer le temps passé pour le bénévolat. Le bénévolat m’a bercé tout au long de ma vie et ce n’est pas fini. Ca m’a beaucoup apporté, parfois quelques déceptions c’est sûr mais énormément de satisfactions. Je me suis rendue utile. J’ai pu grâce au bénévolat créer quelque chose.

Chantal Schuller.

__________________________________________________________________________________________________

 

Je n’ai plus la responsabilité de l’association Evasion Rando depuis l’assemblée générale du 30 janvier 2010 ne m’étant pas représentée au poste de présidente. L’association a été reprise par une adhérente très active et ça tourne bien.

Moi, un peu fatiguée, je ne peux plus guider les randonneurs comme auparavant.

De plus, il me semble que je ne créée plus grand-chose.

Alors, depuis l’automne 2010, je consacre mes loisirs à dessiner de nouveaux itinéraires de balades, mais plus courts de 6 à 8 kilomètres (pour l'instant) agrémentés de commentaires sur les lieux traversés.Mon travail est plus statique, par la force des choses. J’œuvre, sur commande, pour les collectivités et associations qui veulent organiser des promenades et non des randonnées, de petit kilométrage à caractère culturel. J’écris tout cela dans des brochures 3 volets que j’envoie par mail. A charge de l’organisme de l’imprimer pour la distribuer aux participants. Connaissant le terrain, je peux donner des conseils grâce à mon expérience.

J’ai su m’adapter à ma nouvelle situation et j’ai toujours l’impression d’être utile.

J’ai eu l’idée de créer une nouvelle association (pour l’instant « de fait » ) qui s’appelle : «LES BALADES DE CHANTAL»  

et ai créé ce nouveau blog afin de la faire connaître.

 

Chantal Schuller. 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 22:58

la suite...


Or, de telles pierres « intelligentes » ne courent pas les champs. On ne les trouve que dans des gisements bien déterminés, dont on fit la recherche dès le Moyen Age voire dès l'Antiquité, et qui donnèrent naissance à des carrières spécifiques : les meulières. De ces meulières, il existe des milliers d'exemplaires à travers la France. Les unes, les plus nombreuses, se résument à quelques trous percés dans le rocher, tandis que d'autres - un peu plus de 200 à l'échelle de l'hexagone, s'étirent sur plusieurs hectares voire plusieurs dizaines de kilomètres carrés pour les plus vastes d'entre elles. Les petites meulières locales eurent leur heure de gloire au Moyen Age. A une époque où l'état des voies de circulation empêchait ou rendait très dispendieux le transport de masses supérieures à la tonne, meuniers et propriétaires s'approvisionnaient au plus près des moulins, quitte à se contenter de la première pierre venue. Les échantillons ramassés à travers la France et analysés en laboratoire s'ajoutent aux données textuelles pour dresser un tableau guère reluisant : ces roches fréquemment médiocres ne produisaient qu'une farine colorée, semée de minuscules grains de sable qui donnaient au pain un "craquant" épouvantable. Aussi, à force d'ingurgiter leur vie durant des montagnes de miches mâtinées de silice, les contemporains d'Hugues Capet (941-996) ou de saint Louis (1214-1270) finissaient par s'user les dents avant leurs quarante ans. Ils y gagnaient des visages déformés, des molaires limées jusqu'aux racines, des douleurs insupportables, parfois des infections mortelles, sans compter un moindre plaisir à goûter le moment du repas.

Dès le XVIe siècle, médecins et agronomes dénoncèrent les effets de ces mauvaises meules et conseillèrent l'emploi de pierres mieux adaptées au travail de mouture. Les meuniers ne les avaient pas attendus pour commencer à changer leurs pratiques. La lecture de près de 3000 registres et dossiers conservés aux archives nationales et départementales, l'examen d'une centaine de sites disséminés à travers la France, enfin l'apport des sciences habituellement peu sollicitées en histoire moderne (archéologie, géologie, chimie, physique nucléaire, paléoanthropologie, odontologie), ont permis de constater qu'une évolution radicale était intervenue au cours de l'Ancien Régime. Un tri s'est opéré progressivement dans la France médiévale et moderne, au profit des carrières exploitant les gisements de meilleure qualité et implantés à proximité des cours d'eau navigables. Aux XIVe et XVe siècles, certaines de ces « meulières régionales » travaillent déjà à une échelle industrielle et expédient leurs produits dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres, quand ce n'est pas dans plusieurs provinces. Leur succès se généralise et s'amplifie aux XVIe et XVIIe siècles, que l'on peut considérer comme leur âge d'or. Il provoque peu à peu l'abandon des meulières villageoises, lesquelles n'alimentent plus au XVIIIe et au début du XIXe siècle que les localités montagnardes restées hors de portée des routes carrossables.

Puis les meulières régionales s'effacent à leur tour devant la concurrence d'une poignée de très grandes carrières. Spécialisées dans la fabrication de meules de silice presque pure, ces championnes toutes catégories s'ouvrent en forêt de Moulière (Poitou), près de Domme et de Bergerac (Périgord), en Touraine (Cinq-Mars) et surtout en Champagne et en Brie, autour de La Ferté-sous-Jouarre. C'est là, aux portes de Paris, que se trouve la pierre meulière réputée la meilleure du monde. Elle est travaillée par une armée de meuliers qui, dès le XVe siècle, alimentent les moulins du Bassin Parisien et jusqu'à ceux des Flandres, de Bretagne et d'Angleterre. Aux XVIe et XVIIe siècles, tandis que la commercialisation des briardes gagne de nouveaux territoires (sud de la France , Allemagne, colonies américaines même), le gisement tombe entre les mains de quelques négociants qui concentrent toutes les étapes du processus industriel, depuis l'appropriation de la ressource jusqu'à la vente au loin, sans oublier le contrôle de la main d'oeuvre.

 

 

Cette mutation des cadres de production n'est pas du goût de tous les meuliers qui, de maîtres artisans indépendants, se voient ravalés au rang de simples ouvriers. Deux villages de Brie champenoise tentent de

faire barrage à l'appétit des négociants fertois, et vont jusqu'à déclencher une affaire d'Etat au cour des

grands débats du siècle des Lumières. Rien n'y fait. En même temps qu'ils s'enrichissent et, pour certains d'entre eux, accèdent à la noblesse et deviennent de grands commis de l'Etat, ces marchands-meuliers de La Ferté poursuivent une progression qui les amène à prendre le contrôle des gisements concurrents ou à les faire disparaître. Aux XVIIIe et XIXe siècles, leur pierre meulière et ses équivalents du sud-ouest de la France s'imposent dans le monde entier comme condition sine qua non d'une mouture moderne, ainsi qu'une vaste campagne de promotion littéraire et scientifique le clame à tour de pages.

Arrive la mort des moulins, qui entraîne avec elle la fermeture des dernières carrières dans les années 1960. La Ferté-sous-Jouarre, Quaix, la forêt de Moulière et tous les sites grands et petits tombent rapidement dans l'oubli. Les meuliers ont pourtant laissé derrière eux d'innombrables vestiges souvent spectaculaires et toujours émouvants, qui constituent autant de monuments dressés à la mémoire du travail, de l'opiniâtreté et de l'ingéniosité des hommes. Ils sont à l'histoire de la vie quotidienne ce que les châteaux sont à la vie des élites ou les églises au patrimoine religieux. A cette différence près qu'au contraire des clochers et des tours crénelées, aucune meulière ne bénéficie d'une protection au titre des monuments historiques dans notre pays ! Tout aussi incroyable que cela puisse paraître, seule une dizaine de sites a fait l'objet d'aménagements touristiques - alors que d'autres pays européens ont depuis longtemps compris l'intérêt et les ressources économiques que pouvait générer un patrimoine si particulier.

Sur un plan purement historique, les meulières prouvent à leur manière que l'histoire du pain fut plus complexe qu'on ne l'a cru jusqu'ici. Les disciples de Clio ont peut-être accordé un peu trop de crédit aux récriminations des sujets et néanmoins imposables de l'Ancien Régime. Loin de rester un mouton noir, l'aliment roi des tables de naguère bénéficia d'une recherche qualitative à la fois précoce et constante. En se détournant des meulières locales de tout-venant au profit des carrières régionales puis des gisements briards, les Français en général et les ruraux en particulier cherchèrent à améliorer la saveur de leur pain et jusqu'à sa blancheur, si importante dans une société qui cultivait déjà les apparences . Dès les XIVe et XVe siècles, rares étaient les villages qui ne disposaient pas d'un "moulin blanc", produisant sans la colorer une farine de froment sous des pierres calcaires ou de silice. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le nec plus ultra des pierres - les briardes ou leur équivalent - équipait peu ou prou toutes les communautés, à l'exception des localités de montagne les plus isolées. Le pain français devint le meilleur pain du monde (S. Kaplan), y compris pour les bouches villageoises. Cette révolution culinaire s'accompagna d'une notable avancée médicale, un recul important de l'usure dentaire, et par ricochet des troubles qu'elle ne manquait pas d'entraîner.
Les meulières participèrent donc au mouvement général du progrès. La bonne pierre accoucha d'un bon pain, bien avant le XIXe siècle et la révolution industrielle. S'en étonnera-t-on ? Quand tant de recherches récentes montrent toutes les avancées qui furent réalisées à l'Epoque Moderne en matière d'habillement, de logement, d'outillage et de techniques, il eût été incompréhensible que le plat principal des Français soit resté à l'écart du mouvement.

Derrière une thématique aux apparences anecdotiques - les carrières de meules ! - se cache donc tout un pan des sociétés du passé. Un secteur industriel à part entière, dont l'importance s'est manifestée tout autant par la masse de pierres remuées, l'étendue des réseaux commerciaux engagés, le chiffre d'affaires engrangé, la main d'ouvre employée, les talents déployés, que par ses implications dans la vie quotidienne. « Il est un puissant révélateur de la manière dont la Culture matérielle intervient dans l'Histoire », concluait l'historien Daniel Roche.

Extrait de

La pierre à pain. Les carrières de meules de moulins en France,
du Moyen Age à la révolution industrielle
.
Presses Universitaires de Grenoble,
2006, tome 2, pp. 253-254

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2000 4 10 /08 /août /2000 21:45

de Jussieu

       

 

1.

o Mondon de Jussieu †/1554 & Antoinette Sardeyn

o Nicolas de Jussieu 1554-1579 & Catherine Cléard

o Antoine de Jussieu & Françoise Durand

o Jean de Jussieu 1593-1652 & Antoinette du Péray †1649

Jeanne de Jussieu 1623-1671 & Jean Bretonnier 1618-1668

...

o Pierre de Jussieu 1627-/1652 & Marie Chazel

o Laurent de Jussieu 1651-1718 & Lucie Cousin

o Christophe de Jussieu 1685-1758 &1745 Jeanne Pallier 1718-1785

o Antoine-Laurent de Jussieu 1748-1836 & Marie-Sophie Bellet †1791

Sophie-Geneviève de Jussieu 1780- & Jean-Baptiste Le Rat de Magnitot

o Antoine-Laurent de Jussieu 1748-1836 &1791 Thérèse Adrienne de Boisneuf

Antoinette Thérèse Amélie de Jussieu 1794- & Louis-Antoine Rozet

...

o Adrien-Henri de Jussieu 1797-1853 &1827 Magdeleine Antoinette de Jussieu ca 1797-1831

Antoinette Emma de Jussieu 1828-1912

Thérèse Valentine de Jussieu 1831-1863 & Hyppolite Fizeau 1818-1863

Laurent de Jussieu

o Bernard-Pierre de Jussieu 1751-1836 &1791 Suzanne Saint-Didier

Pierre Laurent de Jussieu 1792-1866 & Louise Adélaïde Félicité Huillard de Bréholles

...

Magdeleine Antoinette de Jussieu ca 1797-1831 &1827 Adrien-Henri de Jussieu 1797-1853

...

o Bernard Laurent de Jussieu 1800- & Ne ?

Alexis de Jussieu 1827-

François de Jussieu

Christophe Alexis Adrien de Jussieu 1802-1864/1865

Christophe-Nicolas de Jussieu 1754-

Antoine de Jussieu 1686-1758

Bernard de Jussieu 1699-1777

Joseph de Jussieu 1704-1779

Isaac de Jussieu

Marie de Jussieu

Antoine de Jussieu

2.

Nn de Jussieu & Ne ?

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2000 4 10 /08 /août /2000 21:32

La famille de Jussieu occupa le château de Venteuil (Jouarre) pendant 150 ans, célèbe par 5 de ses membres, dont 3 savants botanistes : 

 

- Antoine de Jussieu (1686-1758)

a été directeur du Jardin des Plantes.

- Bernard de Jussieu (1699-1777)

frère d’Antoine a été directeur des Jardins du Trianon à Versailles.

Il révise « l’Histoire des plantes qui naissent aux environs de Paris » de Tournefort (1725).

- Joseph de Jussieu (1704-1779)

accompagne « la Condamine » en Amérique du sud et introduit en Europe beaucoup de plantes.          

- Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836),

assisté de Bernard, il invente un système de classification des plantes. Il fut professeur au Muséum d’Histoire Naturelle à Paris.

- Adrien de Jussieu (1797-1853),

fils d’Antoine-Laurent, aussi professeur de botanique au muséum a écrit le «Cours élémentaire de botanique» (1842).

 

- Hippolyte Fizeau (1819-1896,

Marié à Valentine de Jussieu, estime en 1849 la vitesse de la propagation de la lumière à 313.000 km/s. Par ailleurs, il étendit à l’optique le principe de l’effet Doppler. Président de l’Académie des Sciences en 1878.

Partager cet article
Repost0

Blog De Chantal.

  • : Les balades de Chantal.
  • : Après 40 ans de guide-animatrice bénévole de randonnées pédestres et de balades, présidente de 2 associations que j'ai créées, "Evasion Rando" et "Les Balades de Chantal", je laisse la place. La section a été "mise en sommeil" par l'association mère SAMMERON VIE LOCALE, faute de candidature au poste de responsable. Si le coeur vous en dit, vous pouvez contacter la mairie de Sammeron 77260 qui vous donnera les coordonnées du président S.V.L. Pour me joindre utilisez le CONTACT ou écrivez à : chantal.schuller1@orange.fr
  • Contact

  • Chantal Schuller-Rochet
  • Présidente pendant 25 ans d'une association de randonnée pédestre que j'ai créé Evasion Rando, j'ai du arrêter la randonnée. J'organise depuis 2009 des balades culturelles de faible kilométrage (6 km), en priorité sur le Pays Fertois.
  • Présidente pendant 25 ans d'une association de randonnée pédestre que j'ai créé Evasion Rando, j'ai du arrêter la randonnée. J'organise depuis 2009 des balades culturelles de faible kilométrage (6 km), en priorité sur le Pays Fertois.

Le droit à l'image.

Droit à l'image.

Si vous apparaissez sur mon blog sans avoir donné votre autorisation orale ou écrite et que vous souhaitez que je retire votre photo, merci de bien vouloir me contacter à l'adresse : chantal.schuller@orange.fr. Je supprimerai ladite photo. Selon les articles 226-1 à 226-8 du Code Civil : tout individu jouit d'un droit au respect de sa vie privée ainsi que d'un droit à l'image. En vertu de ces dispositions, la publication ou la reproduction d'une photographie sur laquelle une personne est clairement reconnaissable n'est possible qu'avec son consentement préalable, que l'image soit préjudiciable ou non. Font exception à cette règle les photos de foule où la personne n'est pas le sujet central ou bien les photos prises de loin ou de dos.

Merci de votre visite.

Recherche Par Mot Clé.

2022

 

Le bénévolat et les associations.

ASSOCIATIONS,
des acteurs anti-crise.

Il y a quelques années les responsables du Mouvement Associatif ont lancé une campagne :
« Que serait la vie sans les associations ? » Imaginez un peu : qui aiderait à domicile nos personnes âgées ? Qui ferait faire  du sport à nos enfants ? Où seraient accueillis les handicapés ? Que deviendrait le spectacle vivant ? Qui défendrait l’environnement ? Il y a en France 1 100 000 associations qui mobilisent près de 14 millions de bénévoles, emploient près de 2 millions de salariés, qui réalisent un volume de travail de plus de 1 100 000 ETP (Equivalent Plein Temps) et consolident un budget de 60 milliards d’euros. Elles sont le capital social de notre pays.

- Créer quelque chose.
... La liste des engagements bénévoles de Chantal Schuller est encore longue, et quelques lignes ne suffiraient pas à faire le tour du parcours de cette ancienne employée de banque, mère de deux filles, qui n'a jamais cessé d'oeuvrer au service des autres : bénévole dans une association de parents d'élèves, création d'une bibliothèque pour les enfants, secrétaire puis trésorière d'une association municipale et bien d'autres missions encore. Jusqu'au jour où Chantal s'est enfin décidée à créer sa propre association : "A 55 ans, j'ai voulu voler de mes propres ailes et avec trois amies nous avons déclaré Evasion Rando, qui comme son nom l'indique, propose des randonnées pédestres". Chantal Schuller est infatigable : "Par moments, je suis un peu débordée, mais je n'ai jamais eu l'idée de calculer le temps passé pour le bénévolat. Le bénévolat m'a bercé tout au long de ma vie et ce n'est pas fini. Ca m'a beaucoup apporté, parfois quelques déceptions c'est sûr mais énormément de satisfactions. Je me suis rendue utile. J'ai beaucoup donné aux autres mais aussi beaucoup reçu en retour. J'ai pu grâce au bénévolat créer quelque chose.

Chantal Schuller. 
* Cliquez sur la ligne ci-dessous et ensuite sur :"voir tous les témoignages", vous aurez accès à l'intégralité de celui de Chantal.
Journée internationale des bénévoles 2008.
(associations.gouv.fr)

Liste D'articles

  • Ma balade à l'Etang de TRUNVEL.
    Dimanche 8 Mai 2022, une petite randonnée, un aller et retour au bord de l'étang de Trunvel, le plus étendu de la Baie d'Audierne. Chantal Schuller.
  • 919. . Mieux connaître " SAMMERON ".
    Sammeron, le 6 Mai 2022 à 23h. Vous habitez Sammeron depuis toujours ou depuis peu. Vous êtes en vacances à SAMMERON. Il fait beau, allez vous promener dans le bourg et aux alentours. Pour mieux connaître votre village et l'origine du nom de ses rues,...
  • Bonsoir!
    Site ► http://www.lesptitsyeux.com/Facebook ►https://www.facebook.com/lesptitsyeux?fref=ts
  • Ma carrière de bénévole.
    Ma carrière de bénévole n'est pas terminée, je viens d'ajouter une ligne en prenant de nouvelles fonctions au sein d'une association du Haut Pays Bigouden " le Patrimoine de Plovan". Mon bénévolat de 1962 à 2022 (60 ans). - 1962 à 1968 Accompagnatrice-Initiatrice...
  • Ma balade du Dimanche 11 Avril.
    La chapelle et le calvaire de Tronoën. La plage et la pointe de la Torche. Le phare d'Eckmül.
  • Ferté Jazz Festival en Juin 2022.
  • Ma balade à Plonéour Kermorvan.
  • Ma balade à Pont l'Abbé. 29.
    Pont l'Abbé, le menhir mouillé. Lundi 28 Février 2022. Comme tous les Lundis, je fais une petite randonnée dans un groupe bien sympathique. Aujourd'hui, le rendez-vous était fixé à Pont l'Abbé. Nous étions 21 participants. Un peu moins que d'habitude,...
  • Roland Magdane, les Rois Des Fous.
    La vérité est et sera toujours UNE. La vérité, toute la vérité et rien que la vérité! Cette chaîne est créé juste POUR MA VÉRITÉ La vérité est et sera toujours UNE. La vérité, toute la vérité et rien que la vérité! Cette chaîne est créé juste POUR MA...
  • Ma balade au Guilvinec 29.
    Lundi 21 Février 2022. Ce fut une belle balade. Du Guilvinec, je n'en connaissais que le port. Pour m'y être rendu en fin d'après-midi avec la famille ou des amis de passage, afin d'assister au retour des bateaux langoustiers. Cet après-midi là, nous...

POUR LES URGENCES;

Pour les urgences.
Les ambulanciers ont remarqué que très souvent lors d'accidents de la route, les blessés ont un téléphone portable sur eux. Toutefois, lors des interventions, on ne sait jamais qui contacter dans ces listes interminables de contacts.
Les ambulanciers ont donc lancé l'idée que chacun d'entre nous rentre dans son répertoire, la personne à contacter en cas d'urgence sous le même pseudonyme. Le pseudonyme international connu est « ICE » = In Case of Emergency.

Articles par catégories.